Pacome Dadiet & Mohamed Diawara, retour sur leur première à Carpentier

L’ADN du Paris Basketball, c’est de développer des jeunes pépites.

Repérer des diamants bruts, les polir et les former à atteindre le plus haut niveau. Après Milan Barbitch, Juhann Begarin et Ismael Kamagate arrivés à 17 ans au club et que l’on ne présente plus, le club parisien a accueilli cette saison deux nouveaux joueurs dans ces rangs : Pacome Dadiet et Mohamed Diawara, génération 2005.

Face à Rouen mercredi soir, Pacome et Mohamed ont joué leur premier match officiel à Carpentier en tant que professionnel, à seulement 16 ans !

Ils ont joué respectivement 8mn et 4mn. Avec un public acquis à leur cause et des coéquipiers qui les encouragent en permanence, ils n’ont pas hésité à prendre leurs responsabilités et à scorer. Pacome (7 PTS – 7 EVAL) a fait se lever tout Carpentier avec un joli shoot à trois points et un dunk spectaculaire !

Quelques mots à chaud de nos espoirs après le match 

 Pacôme, ce soir tu as scoré 7 points avec un shoot à 3 points et magnifique dunk, comment tu t’es senti à ton entrée sur le terrain ? 

J’ai essayé de pas trop réfléchir sur le terrain, c’est vrai qu’il y a une pression mais ça m’a fait plaisir de montrer de quoi j’étais capable étant donné qu’on ne me voit pas souvent en jeu avec les professionnels 

Et toi Mohamed, ta première apparition en tant que professionnel ?  

A mon entrée je n’étais pas stressé, j’avais été conditionné et mis en confiance par mes coéquipiers sur le banc, surtout quand j’ai vu Pacôme rentrer avant moi et scorer mon stress a complètement disparu, contrairement aux matchs amicaux où là j’étais stressé effectivement.

Tu as tenté le dernier tir du match, on se sent que tu as confiance en toi et que tu oses te créer des occasions. 

C’est vrai que j’ai tenté et je la voyais dedans mais bon, de toute façon je ne pense pas que le coach m’en voudra pour ce dernier tir, il était content pour moi.

Pacôme, premier dunk à Carpentier tu as fait lever les foules comment tu te sentais sur le moment ?

Au début j’ai essayé de rester concentré dans le match, ne pas trop en faire et montrer ma joie sur le terrain, mais à la fin du match quand mes coéquipiers sont venus tous me féliciter, à ce moment là je ne pouvais plus cacher ma satisfaction.

Vous êtes jeune, vous discutez avec Juhan,Milan,Ismael qui ont eu le même parcours que vous en arrivant très jeunes ( 16/17ans) au club ?

(Pacôme) Oui bien sûr qu’on discute beaucoup avec eux car ils savent et comprennent ce que l’on vit actuellement car il y a peu ils étaient à notre place.

(Mohamed) A l’entraînement ils nous disent d’oser, de prendre des shoots, ces petits conseils nous mettent vraiment en confiance.

Par Nareg Meguerdichian

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir nos dernières actus

M'ABONNER