Paris vs Gravelines : Une victoire exaltante !

« Paris c’est pas fini ». Le match de cette 26ème journée face à Gravelines atteste la véracité de cette chanson. Des morts de faim, des soldats, des Parisiens, des samouraïs, appelez-les comme vous voulez, ces guerriers ont enflammé Carpentier et signent une très belle victoire 91 à 87 face à Gravelines Dunkerque ! La troisième d’affilée et la quatrième en cinq matches. Énorme.

Que se passe-t-il dans le vestiaire du Paris Basketball depuis le retour de la trêve pour avoir sur le terrain des joueurs qui ne lâchent plus rien ? On retrouve des joueurs confiants, toujours la tête haute, très soudés avec comme le dit Coach Prat un « partage des responsabilités dont je suis très content ». 

Premier quart-temps : Festival

La défense n’était pas forcément le maitre-mot des dix premières minutes qui finissent 27 à 29. Les deux équipes scorent énormément, des belles alternances côté parisien entre jeu collectif et exploits individuels : Kyle Allman Jr (vous en entendrez plus parler d’ici quelques quart-temps) balance des bombinettes à trois points et des caviars pour des alley-oops d’Ismaël Kamagate ; un samedi soir classique nous direz-vous. 

Deuxième quart-temps plus timide

La folie des grandeurs au scoring du premier quart-temps ne pouvait pas durer indéfiniment, alors certes c’est l’American Night mais c’est pas non plus la NBA ici. Kyle, ce génie locksé continue les 3 points, son adversaire Jeremiah Hill commence à montrer sa panoplie offensive très intéressante. DJ Funderburk marque son premier panier à la maison avant de vivre un match plus compliqué. On se rend compte à la fin de cette mi-temps, appuyée par un panier au buzzer de Begarin pour répondre à celui du premier quart-temps de Gravelines, l’importance du capitaine. Ce géant américain de Dustin Sleva a encore été grand ce soir, il tient la baraque à 12 points, 7 rebonds et un bon siècle d’apprentissage du footwork. Notre numéro 14 finira en double-double 16 points 11 rebonds pour célébrer son American Night, si il faut Dustin on t’en fera plus souvent des comme ça.

Troisième quart-temps : le trou noir

Même s’il finit bien et qu’il amorce une remontada fabuleuse, le troisième quart-temps n’aura fait vibrer ni Carpentier ni Coach Prat. Gravelines-Dunkerque défend mieux et force les actions individuelles des parisiens, attaque avec envie et veulent creuser l’écart. Notre équipe chute même à -14 points, mais ce n’était qu’un poisson d’avril en retard pour Paris… On resserre les lacets, on se fait confiance, on prend un hot-dog au stand, on observe les cheerleaders, voilà la recette pour un comeback exaltant. Prise de conscience défensive et drill new-yorkaise auront suffi à tout l’effectif pour se remettre dans le droit chemin et faire lever toute la salle. Les multiples tirs à trois points ainsi que l’énormissime contre de Juhann ‘Dikembe’ Begarin ont sonné la révolte. Not in my house !

Quatrième quart-temps : la folie

A partir de là, c’est juste banger sur banger : défense de malade mental, et une attaque spectaculaire. Après la neige à Paris, il pleut des trois points, tout le monde s’y est mis : Gauthier Denis, Milan Barbitch, Begarin. Un cinq sur le terrain très jeune et tellement motivé suite à la blessure de Ryan Boatright dans le troisième quart-temps : Kyle, Milan, Gauthier, Juhann, Ismaël, les titis en force qui vivent pour ce genre de moment. Juhann a enchainé les paniers importants et les très bonnes défenses pour notre régal, on a compris que t’allais être en NBA, pas la peine de dead autant ça contre Gravelines.

Quant à Mister Kyle ALLMAN Jr, le Prince de Paris : c’est juste le GOAT. Après avoir bombardé à trois points (5/7) pendant les 30 premières minutes, il décide de rentrer dans la peinture et de prouver sa supériorité offensive. Deux and-one absolument incroyables qui ont retourné Carpentier, des bonnes passes décisives (7 au total), une très bonne défense ; il leur a tout fait, il finit à 24 points pour un 31 d’évaluation. Il nous a ramené au score, fait passer devant, il a tué le match sur la ligne des lancers-francs, il nous a tous levé de nos sièges. C’était juste incroyable.

C’est donc ça le rêve américain, perdre de 14 points puis retourner le match ? Nous avons vu des jeunes basketteurs donner corps et âme sur le terrain pour nous faire vibrer comme jamais : c’est juste trop bien le basket. Dans une salle aussi bouillante à la fin, debout avec des maillots NBA de partout, les supporters ont clairement été le sixième homme. Trois très belles victoires de suite (deux comebacks d’affilée), les Parisiens sont sur une très bonne dynamique. Le très bon travail à l’entraînement dont ont parlé Kyle Allman Jr et Coach Prat en après-match paie. La prochaine rencontre est à Roanne vendredi 8 mai, on espère voir à nouveau une très belle équipe, soudée, motivée et prête à renverser n’importe quel match. Merci Kyle, merci Dustin le super capitaine, merci Carpentier.

Prochain match à domicile le 12/04 face à Fos sur Mer pour un thème « Student Game ».

Billetterie dès 12€. On vous attend encore plus nombreux !

Gustave Pitet

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir nos dernières actus

M'ABONNER