Paris vs Berlin : la revanche des Allemands

Même si la vengeance est un plat qui se mange froid, c’est dans une salle et une ambiance très chaudes que les Parisiens se sont inclinés face à l’Alba Berlin 94-97 ! Alors qu’ils s’étaient imposés l’année dernière, les Parisiens n’ont pas réussi à réitérer l’exploit face aux hommes d’Izraël Gonzalez. Mais quel match ! Une rentre de dingue pour le plus grand plaisir des supporters : Et ce n’est que la présaison…

Un premier quart-temps de feu !

Le match a démarré sur de très bonnes bases, mais alors de très très bonnes bases. Les dix premières minutes ont donné un basket champagne de grande qualité avec du jeu très plaisant et un gros scoring : 27-27. Tyrone Wallace a été omniprésent au scoring, pénétrations et shoots longue distance, mais aussi excellente défense comme sur tout le long du match où il tenait très bien ses adversaires avec interceptions et contres pour lancer des contre-attaques récompenses. Kyle Allman Jr également a été très présent au scoring avec ses dingueries qu’on lui connait. Des changements de rythme, des cross, des stepbacks, des marabouteries dans tous les sens.

Un deuxième quart-temps dans la continuité :

Le backcourt du premier quart-temps a continué à faire des misères dans ce quart-temps, pendant tout le match à vrai dire. Paris Basketball se prenait des runs berlinois puisque les replis défensifs étaient mauvais, en revanche, dès que la défense était placée, elle était plus que placée. L’Alba a eu du mal à contourner, à switcher les défenseurs puisque la défense parisienne bien installée permettait de changer sur n’importe qui et avec beaucoup d’intensité. On aura aussi vu le Capitaine Dustin faire son travail de capitaine : être là quand il faut, choper des rebonds offensifs, délivrer des passes, tenir la défense…

Un troisième quart-temps prometteur :

Le retour des vestiaires ressemblait à un quatrième quart-temps par son intensité et par l’ambiance dans la salle ! Même si ces 10 minutes ont vu Berlin prendre le large, notamment grâce à un coup de chaud de l’excellent italien Gabriele Procida qui refera parler de lui dans les dix dernières minutes. Un jeune joueur de 20 ans avec une palette offensive impressionnante et de la très bonne défense, bravo à lui. Les hommes de Will Weaver arrivaient à mettre de mieux en mieux en place leur jeu rapide. Des bonnes circulations de balle avec la balle qui passe par l’intérieur pour ressortir à trois points. Dans ces belles situations en attaque, tous les joueurs sont impliqués, entre les shooteurs, les passeurs, les bons déplacements et un spacing de qualité. Juhann Begarin s’est réveillé en deuxième mi-temps où on le voyait bien plus présent défensivement et puissant offensivement. Ismael Kamagate s’est également vu plus impliqué sur les phases offensives où il était un bon point de chute pour la finition.

Un quatrième quart-temps irrespirable :

Les joueurs d’Israel Gonzalez commencent fort les dix dernières minutes, ils forcent nos pertes de balles et font bien mieux marcher leur machine offensive. Heureusement, les Parisiens ont décidé d’hausser le ton en défense et ont tout donné, avec des interceptions, des défenses dures et notamment un énorme contre d’Isma qui envoie la balle en tribune et fait hurler Carpentier. Ces bonnes défenses paient en attaque avec de l’adresse retrouvée et un trois points de Dustin et de Tyrone, Carpent’ y croit plus que jamais. En face, le prodige italien nous répond avec un énorme shoot à trois qui force Coach à prendre un temps-mort. Au passage, toute la salle est debout, hue les lancer-francs adverses, met une ambiance de dingue… une atmosphère de rêve. Le time-out paie puisque le bon système trouve Gauthier Denis à zéro degré pour un gros gros shoot à trois points. Le match se poursuit avec Paris qui tente de revenir et possède une ultime possession à trois points de retard : remise en jeu sur le côté, Kyle tente de tirer à trois points mais perd le contrôle du ballon, donnant la victoire aux Allemands.

Une fin difficile mais tellement excitante qui prouve que Paris possède énormément de talent et d’armes offensives comme défensives. Un match dont les hommes de Will Weaver peuvent être fiers, certains vivaient leur première à Carpentier, et ils n’attendent que de pouvoir récompenser le public avec une win. Le deuxième match de Paris est face au Maccabi Tel Aviv dimanche à 16h15 : on espère voir un aussi beau match de basket dans une aussi belle ambiance. Merci Paris !

Inscris-toi à notre newsletter pour recevoir nos dernières actus

M'ABONNER